Un jolie bouquet qui ne fâne jamais

Rien n’est éternel, mais cette carte permet de garder des fleurs beaucoup plus longtemps que si elles viennent du fleuriste. Voici la carte pot de fleurs.

pot de fleurs
Il ne manque que l’odeur !

C’est ma deuxième carte de ce type. J’avoue que celle-ci me semble plus réussit que la première, notamment parce que pour le premier essai je n’avais pas ma machine de découpe et que j’avais des fleurs énooooooormes à placer. Évidemment, je n’ai pas de photos pour vous montrer, c’est bien l’une des seules que je n’ai pensé à photographier (avec mes toutes premières qui ont servi d’invitations à mon anniversaire).

Pour le mode opératoire, je vous laisse découvrir le tutoriel du blog Le bonheur est dans le papier (une nouvelle fois!).

Avant assemblage
Avant assemblage

J’avoue que j’ai utilisé ma machine de découpe, mais comme je ne l’avais pas utilisée depuis longtemps, j’ai eu du mal à ce que tout fonctionne comme prévu (notamment parce que je suis incapable de faire en sorte que la machine prenne la feuille de transport correctement du premier coup… je m’y reprends en moyenne quatre fois…). C’était bien pratique pour avoir de jolies fleurs !

Mais ce n’est pas le tout d’avoir découpé, il faut ensuite décorer les fleurs pour les embellir (paillettes, stylos de couleurs pour ma part, ce qu’on ne voit pas forcément bien sur les photos), les assembler en les superposant avec de la colle, des attaches parisiennes et les placer sur le support. Je n’ai pas hésité une nouvelle fois à utiliser les mousses 3D, essentielles pour le volume.

Un petit mot sur la carte, un nœud pour la fermer et apporter une touche de couleur supplémentaire (j’aime quand c’est très coloré!) et un petit message sur le pot. Je trouvais que sans ce petit ovale le pot faisait un peu triste (même si le papier est à motif). Mon côté littéraire m’a soufflé du Voltaire : « Il faut cultiver notre jardin ». Phrase énigmatique qui pour moi dans ce contexte et ce jour-là voulait dire qu’il faut prendre soin de soi, comme d’un jardin, qu’il faut préserver son « être intérieur » (c’est bizarre écrit comme ça, mais vous voyez l’idée ?). Bref, une petite phrase pour ma belle-maman qui aime les fleurs et son jardin, entre autre.

 

Pot de fleur ouvert
Pour le petit message, il suffit de tirer (délicatement) sur les fleurs.

 

 

 

Y a toujours plein de choses dans un sac

Y a toujours plein de choses dans un sac (et pas que dans celui des filles, faut pas croire!) et dans un sac en scrapbooking, il y a surtout plein de petits mots à laisser pour une personne qu’on aime.

sac

Pour accompagner un cadeau commun (qui était un sac à main Longchamps pour ne rien vous cacher), j’ai eu l’idée de réaliser un sac à main en scrapbooking (à la base sur une boutade et puis, finalement, je me suis dit que c’était une bonne idée – mais ça c’était avant de devoir recommencer parce que ça ne marchait pas). J’ai farfouillé sur le web à la recherche de modèles, de tutoriels…

Comme toujours, je suis partie d’une base, celle de scrapbooknet et de son tutoriel, mais j’ai ensuite adapté. Notamment parce que je n’aimais pas trop l’intérieur. J’ai pris du papier cartonné 220 gr, mes accessoires de scrapbooking (dont mes tous nouveaux rubans de toutes les couleurs que j’ai acheté en lot et des attaches parisiennes), je me suis installée et c’était parti !

Mes nouveaux achats scrap !
Mes nouveaux achats scrap !

J’ai voulu donner à mon sac un effet cuir, j’ai donc utilisé mon encre intitulé « old paper« … qui fait du vert. Je me suis dit que c’était pas plus mal, parce que c’est la couleur préférée de la destinataire, c’était un signe du destin. 

Mon chat a renversé de l’encre sur le papier en se frottant (plus de la moitié imbibée sur la nappe aussi). J’ai dû découper à nouveau la carte, mais comme ça j’ai un patron (on se console comme on peut). J’ai peint ma carte en frottant avec une éponge, comme pour la carte papillon.

J’ai ensuite voulu accrocher le ruban pour faire l’anse avec une attache parisienne. Je n’ai toujours pas d’outils pour faire de jolis trous , résultat: un massacre ! Le papier avait été trop imbibé d’encre (ou d’eau vu que je la dilue avec), il était mou même en laissant sécher 24h… Je me suis dit qu’en renforçant l’intérieur avec un papier cartonné, j’arriverais à mieux percer et à réparer les dégâts, mais c’est là que le pliage à commencer à se déchirer.

Je ne suis absolument pas quelqu’un de patiente. J’ai chouiné, abandonné.

Le lendemain (donc 3ème jour sur cette carte que j’ai insulté sans complexe – contrairement au chat qui s’en est sorti avec un simple cri de rage qui a suffit à le faire décamper), j’ai découpé à partir de mon patron une 3ème fois du papier cartonné. Je l’ai encré de « old paper » (qui est vert, rappelons-le). J’ai laissé séché 24h (oui, heureusement, je m’y étais pris en avance pour une fois). J’ai  collé par dessus la 1ère couche et cette fois c’était bon !

collage étape

J’ai abandonné l’idée des attaches parisienne, du scotch double face a fait l’affaire (renforcé avec de la superglue car ça avait tendance à se détacher si on portait « le sac « ). J’ai fixé avec de la superglue les aimants pour fermer le sac-carte. J’ai décoré ensuite l’extérieur et l’intérieur avec du papier de la « couture collection » de Graphic 45, comme pour ma  carte mannequin. J’ai fait en sorte qu’il y ait des rabats pour laisser de la place à chacun pour écrire.

sac 3

J’ai passé pas mal de temps sur ce projet, mais au final je suis contente du résultat. Et si vous vous lancez dans la confection de cette carte, j’espère que le récit de mes mésaventures vous permettra de gagner du temps !

Envole- toi, envole-toi !

Il suffirait d’un léger souffle et on le croirait prêt à s’envoler… Qui ? Le papillon de la carte en découpe partielle !

 

Un anniversaire, une nouvelle occasion d’expérimenter une carte et un de mes nouveaux produits acheté en solde: la distress ink tattered rose (littéralement rose abîmé mais on dirait plutôt vieux rose en français).

J’ai également acheté la « old paper ». En gros, cette encre est idéale pour teinter vos papiers, photos et même tissus et leur donner un aspect vieilli. Et comme j’adore faire des trucs un peu rétro, c’était un must-have comme on dit. Il y a plusieurs couleurs, mais je n’en ai pris que deux pour le moment, histoire de tester si je m’en sortais. J’ai regardé un peu sur internet, mais je ne trouvais pas grand chose… Je me suis lancée quand même (après tout, j’en connais une qui expérimente bien sur ses ongles, moi ce n’est qu’une feuille de papier !). 

On dirait presque ma feuille est déjà rose mais non, c'est bien une feuille canson 224gr blanche.
On dirait presque ma feuille est déjà rose mais non, c’est bien une feuille canson 224gr blanche. 1 éponge toute neuve et hop quelques gouttes sur le papier!

J’ai donc étalé l’encre à l’éponge et, m’apercevant que ça faisait des traces, j’ai ajouté un peu d’eau sur mon éponge ce qui a fluidifié le liquide.

Bon du coup, à cause de l'autre photo on se dit "ça ne fait rien", mais en vrai il y a une différence très nette !
Bon du coup, à cause de l’autre photo on se dit « ça ne fait rien », mais en vrai il y a une différence très nette !

Évidemment, quand on imbibe une feuille de liquide, elle se gondole. J’avais prévu d’attendre que ça sèche et de prendre un tissu pour repasser ma feuille sans la brûler. Du coup, je suis partie régler ma silhouette caméo pendant ce temps là, pour pouvoir effectuer ma découpe, comme dans le tutoriel du blog « Le bonheur est dans le papier » (encore, me direz-vous, c’est MA référence, que voulez- vous!). Mais quand je suis revenue dans mon salon, j’ai trouvé ça :

Loukoum, nouvel outil indispensable pour le scrapbooking, afin de repasser les feuilles!
Loukoum, nouvel outil indispensable pour le scrapbooking, afin de repasser les feuilles!

 

Le plus inattendu, c’est que ma feuille était bien plate et parfaite pour passer dans la machine de découpe (et il n’y avait pas de poils collés, ouf!). Désormais, je me servirai de mon chat pour aplatir mes feuilles !

Bref, j’ai découpé mon papillon, le petit message et collé du papier à motif derrière ces découpes.

2014-07-02 19.03.03Ensuite, j’ai fini ma déco, découper une carte de même dimension pour faire le verso où seraient écrit les petits mots.

2014-07-02 19.22.31
Du coup, à l’intérieur c’est pas très beau mais heureusement, c’est caché!

Et le résultat final :

2014-07-02 22.54.57Le seul problème, c’est que tout le monde a voulu ouvrir la carte, car elle est en relief avec les mousses 3 D (passage obligé pour cacher correctement la ficelle, et aussi parce que j’aime bien donner du volume) ! Du coup, fort probable que cette carte soit abîmée (détruite même) par quelqu’un d’inattentif qui tirerait sur les mousses 3D pour découvrir l’intérieur (alors qu’il n’y a que des trucs moches à voir). A refaire donc, mais sans ficelle pour ne pas mettre d’épaisseur entre les deux côtés de la carte.